#AskLaCabrik

*
*
*
*

Les informations recueillies via ce formulaire par La Cabrik ont pour finalité le traitement de votre demande d’informations. Tous les champs sont obligatoires pour traiter votre demande. Dans le cas où, ils ne seraient pas remplis, votre demande ne pourra pas être traitée. Conformément à la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’interrogation, d’accès, de rectification et d’effacement de vos données personnelles, ainsi que d’un à la limitation et d’opposition au traitement de vos données. Vous pouvez exercer ces droits en formulant une demande à l’adresse suivante contact@lacabrik.com. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre politique de protection des données personnelles accessible via l’onglet Conditions Générales d’Utilisation de notre site.

Transformation - Changement - Entreprises - Audace - Modèle économique - Stratégie - Humain - Dirigeants - RESET - Gouvernance - La Cabrik -

Changement 9/10

Transformer ou mourir 9

Édito — il y a 1 mois

❛Vous ne pouvez relier les points en regardant vers l'avant, vous ne pouvez les relier qu'en regardant en arrière. Alors vous devez croire que les points vont en quelque sorte se relier dans le futur.❜ Steve Jobs

La transformation est le maître-mot du moment et cela va durer car le changement est permanent, sans pitié, et ces derniers temps, il accélère. La quasi totalité des modèles doivent se réinventer, à peine d’être disruptés un beau matin, sans sommation. 

L’équation n’est pas simple, mais elle est passionnante : partir d’une page blanche, sans transformer dans l’amnésie. Il faut alors savoir capitaliser sur les acquis passés, tout en ouvrant la voie aux acquis futurs, en sachant collectivement déprendre l’entreprise de ses habitus ; ce sont des nouveaux réflexes à conquérir, avec l’audace de savoir penser à côté. 

Il s’agit de parier sur les formidables ressorts de la plasticité cérébrale pour inventer de nouveaux chemins, en mobilisant la curiosité et la diversité pour bâtir des hypothèses hors les murs pour anticiper l’avenir à travers les nouveaux usages, les écosystèmes mi-hommes | mi-machines et clairement une autre façon d’être au monde, à commencer par le travail qui sera métamorphosé par une multitude de changements. 

Le dirigeant a donc la responsabilité de piloter la transformation, en réveillant le génie collectif pour diriger par-delà les incertitudes et les freins cognitifs face au changement, a fortiori quand il est à ce point vertigineux. 

Tous les sujets sont d’ores et déjà percutés : la gouvernance, la stratégie, les nouvelles technologies, le management, la culture d’entreprise et de manière irrémédiable, la gestion du capital humain.

Nous allons vers un monde qui demandera plus que jamais du sens pour juguler les peurs ; nous allons vers un monde où les soft skills compteront plus que les diplômes. Nous sommes déjà dans un monde où il est nécessaire de prendre des décisions courageuses, dans un temps contraint, et dans un contexte incertain. 

L’incertitude va devenir la norme et nous devrons habituer nos réflexes à agir pour avancer et surtout ne pas nous enfermer dans un esprit de défaite, mais de conquête. 

La gouvernance de crise va, dans une certaine mesure, se normaliser. Et le niveau de la tension sera fonction de l’anticipation créatrice des entreprises.   

L’injonction avec laquelle nous devrons tous composer est simple et complexe : transformer ou mourir. 

Les nouvelles technologies seront au cœur de la conversation, mais le défi sera humain ; l’enjeu sera de réussir à mobiliser les ressources pour construire un avenir dont le succès est inconnu, mais dont l’émergence est vitale. Pour tendre vers cet horizon, la vision sera indispensable, l’alignement sera capital et le temps sera un instrument fragile à piloter pour en saisir la valeur à chaque instant ; le marché va se restructurer à une fréquence plus rapide et régulière, notamment avec l’émergence de nouveaux acteurs et la mort de ceux qui n’auront pas su saisir ce qui va arriver. 

C’est une course contre la montre qui a déjà commencé. Vous pouvez la vivre avec sérieux et gravité ou avec sérieux et légèreté. Comment agir ? Le programme Reset est du côté de la légèreté. C’est une aventure réflexive qui se situe à l’intersection de la stratégie et de l’humain, la transformation au centre, et les ruptures au cœur. C’est un programme qui pose question à tout, à commencer par l’économie, la société, l’innovation, et bien d’autre sujets. C’est une aventure collective et sectorielle pour agiter les cerveaux et enclencher une révolution, en mode « force tranquille ». 

 

Nicole Degbo

-

La Cabrik est une fabrik de gouvernance stratégique et humaine qui accompagne les transformations pour relier l'économie à l'humain et est spécialiste des situations de crise de gouvernance.

Partager

Que vaut une Cité dans laquelle les âmes ne s'inventent pas ?

Cynthia Fleury