#AskLaCabrik

*
*
*
*

Les informations recueillies via ce formulaire par La Cabrik ont pour finalité le traitement de votre demande d’informations. Tous les champs sont obligatoires pour traiter votre demande. Dans le cas où, ils ne seraient pas remplis, votre demande ne pourra pas être traitée. Conformément à la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’interrogation, d’accès, de rectification et d’effacement de vos données personnelles, ainsi que d’un à la limitation et d’opposition au traitement de vos données. Vous pouvez exercer ces droits en formulant une demande à l’adresse suivante contact@lacabrik.com. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre politique de protection des données personnelles accessible via l’onglet Conditions Générales d’Utilisation de notre site.

Innovation

Le vertige de l'imagination

Édito — il y a 9 mois

Temps de lecture: 2 minutes

« Quand votre démon est à l’œuvre, ne pensez pas consciemment. Laissez-vous porter, attendez et obéissez. » Rudyard Kipling.

Qu'est-ce que l'imagination ? 

L’imagination est un vieux concept…. on en parle comme si une innovation faisait irruption dans nos vies alors qu’à bien y réfléchir, Shéhérazade des Mille et une Nuit est déjà passée par là, Karen Blixen dans la jungle africaine d’Out of Africa aussi et, depuis, l’improvisation vient agiter l’agilité des neurones pour lâcher-prise et tirer le fil des histoires possibles. 

L’imagination est donc un vieux concept qui recèle sa part de magie. 

L’imagination est la faculté de fabriquer de l’inconnu à partir du connu ; c’est une oeuvre mentale, un puzzle créatif qui puise sa matière dans les histoires de vie, les héritages socio-culturels et éducatifs et l’intellect. Il y a du conscient et de l’inconscient à l’oeuvre pour faire surgir le réel. 

L’acte d’imaginer en appel à la fusion d’aptitudes cognitives, de l’intelligence intellectuelle, de l’intelligence émotionnelle et de facteurs environnementaux (social, culturel, scolaire, professionnel, etc.). Son épanouissement relève d’une permission de soi à soi, en dépit de l’assentiment des tiers ; c’est une acceptation de la prise de risque, une célébration du lâcher-prise, une invitation à la créativité qui trouvent un confort certain dans la flexibilité cognitive. C’est un encouragement au regard oblique, à la possibilité de porter un oeil différent et varié sur le même élément, la même matière. C’est une libération de la pensée vagabonde qui favorise la pensée divergente, impertinente et originale jusqu’à la rupture, mais pas toujours. 

L’imagination se renforce avec la multiplicité des expériences ; elle s’épanouit en se nourrissant de connaissances… il s’agit de cultiver le cerveau tel un jardinier cultiverait son jardin et, encore mieux, un paysagiste en dessinerait les contours. Le cerveau est exigeant sinon il s’atrophie ; il aime gambader, s’éprouver, s’étonner, s’épater et se dépasser pour s’augmenter et donc nous augmenter.

L’imagination trouve son équilibre dans le balancier entre l’intellect et les émotions. 

L’imagination est une aventure, un voyage qui décompose pour composer et restituer le réel avec une forme de poésie ; c’est un vertige, un douloureux vertige, un merveilleux vertige, c’est une promesse de renouveau qui donne l’énergie du (re)commencement.

Ainsi, je ne résiste pas à l’idée de vous demander d’imaginer un monde où l’imagination serait au pouvoir ? 

Partager

À l'impossible, je suis tenu.

Jean Cocteau