#AskLaCabrik

*
*
*
*

Les informations recueillies via ce formulaire par La Cabrik ont pour finalité le traitement de votre demande d’informations. Tous les champs sont obligatoires pour traiter votre demande. Dans le cas où, ils ne seraient pas remplis, votre demande ne pourra pas être traitée. Conformément à la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’interrogation, d’accès, de rectification et d’effacement de vos données personnelles, ainsi que d’un à la limitation et d’opposition au traitement de vos données. Vous pouvez exercer ces droits en formulant une demande à l’adresse suivante contact@lacabrik.com. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre politique de protection des données personnelles accessible via l’onglet Conditions Générales d’Utilisation de notre site.

Entreprendre

Entreprendre

Un volcan d'imprévus 15

Journal de bord — il y a 2 années

Temps de lecture: 2 minutes

Comment vous dire, sinon que je me suis trompée !

Comme beaucoup d’entrepreneurs en devenir, je croyais savoir ; je pensais maîtriser le temps. Mon projet bien pensé devait être projeté dans le temps, comme je l’avais imaginé. Je suis sûre que cette idée parle à beaucoup d’entre vous.

Sauf que la vie réelle m’a rattrapée. J’ai eu de la chance, mon plan ne s’est pas déroulé comme dans mon imaginaire, mais je n’ai pas déraillé. En revanche, le temps m’a littéralement échappé. 

J’avais prévu un démarrage tranquille et sa rapidité m’a prise par surprise. Heureusement, j’avais déjà anticipé un premier recrutement, mais j’avais surtout imaginé de travailler un peu, puis de plus en plus, le temps de scénariser mon éclosion dans l’écosystème. Simplement, la vie en a décidé autrement. 

Un an déjà que la Cabrik existe ; et, l’équipe n’est pas celle imaginée au départ ; pour plein de raisons et, à l’exception d’un regret, pas de regret. Le site internet est en construction, mais à proprement parlé en chantier. Nos statuts changent déjà et ça c’est cool.

Notre plaquette a pris son temps ; j’ai régulièrement construit puis déconstruit et, finalement, elle arrive ! Ce tango avec le chronos est déstabilisant et donne régulièrement l’impression d’être en retard, voire d’avoir manqué un train mais qu’importe après tout. Le plus important est que l’aventure ne soit pas décevante, que les expectatives soient agréablement surprenantes. Mais surtout, ce que je sais, riche de 12 mois plus tard, c’est que se précipiter pour imprimer son identité et d’une certaine manière construire son empreinte digitale n’est pas une chose prioritaire au départ. Je le voulais, mais avec du recul, je sais que la structure de notre identité n’aurait pas été la même. L'ambition aurait été respectée, mais le dessin aurait été juvénile, presque naïf de sa jeunesse. 

Créer une entreprise, la faire vivre et non survivre, c’est du sport, de l’expérience, de l’agilité, de l’humilité, du courage, des expériences exponentielles, du partage et du bonheur. 

Oui, vivre cette aventure-là, ça rend riche, pauvre, grand et petit à la fois. C’est un parcours d’humilité, c’est une école du discernement, de la décision, mais aussi de l’erreur et parfois de l’échec. 

Un entrepreneur sait que la vie d’une entreprise est fragile. Nous sommes dépendants de beaucoup de choses et, en même temps, libre de beaucoup d’autres ; c’est une vie libre et paradoxale qui ouvre beaucoup de promesses et défie notre bon vouloir, notre libre-arbitre et au bout du compte notre ambition totale. 

Voilà, j’ai 12 mois d’expérience en tant que femme et entrepreneur. Je suis sur le ring pour réaliser une ambition radicale : réussir une guerre d’agilité systémique pour réveiller le génie humain et réinventer le travail, au bénéfice d’une croissance heureuse. 

La Cabrik est pour sûr une entreprise d’espérance : ambition, confiance, intelligence, transformation, rev(e)olution, bref, tout un programme !

Partager

Aucun de nous n'est aussi malin que nous tous.

Proverbe japonais