#AskLaCabrik

*
*
*
*

Les informations recueillies via ce formulaire par La Cabrik ont pour finalité le traitement de votre demande d’informations. Tous les champs sont obligatoires pour traiter votre demande. Dans le cas où, ils ne seraient pas remplis, votre demande ne pourra pas être traitée. Conformément à la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’interrogation, d’accès, de rectification et d’effacement de vos données personnelles, ainsi que d’un à la limitation et d’opposition au traitement de vos données. Vous pouvez exercer ces droits en formulant une demande à l’adresse suivante contact@lacabrik.com. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre politique de protection des données personnelles accessible via l’onglet Conditions Générales d’Utilisation de notre site.

Entreprendre

Entreprendre

Le cœur qui bat 16

Journal de bord — il y a 1 année

Temps de lecture: 2 minutes

Septembre 2017, un an et demi, bientôt deux ans que j'ai enrôlé mon coeur et ma tête dans une aventure du
vivant et du doute.

À la tête de ma petite entreprise, de manière très disciplinée, j'ai préparé la rentrée tout l'été, persuadée que la chance du débutant est une chance exceptionnelle qui ne sonne pas toujours deux fois. Je parle de chance, même si la vie n'a pas été un long fleuve tranquille. La vie a été passionnante, naturellement stressante et particulièrement gratifiante. 

Mais voilà, j'ai le coeur qui bat parce que cette année devra être celle de la confirmation de la chance, notre réussite ne sera précisément plus une chance. Alors, essayer d'apprivoiser le futur pour se projeter devient une nécessité. Penser loin, viser haut, être forte, embarquer tout le monde, cacher ses peurs, dissimuler ses doutes et avoir confiance.

Et, la confiance s'organise : il faut travailler, encore et encore ; beaucoup exiger de soi-même et des autres. Travailler sur le cap, affiner le positionnement, fidéliser les clients et en convaincre d'autres, planifier les marches vers l'ambition et consolider la croissance.

Ainsi, grandir est une action, une méticulosité. Gagner est un rêve qui mérite d'être réaffirmé chaque jour. Je parlais d'entrepreneuriat à une amie récemment et m'est venu ce refrain : shape, shape, shape ! Comme un motto au son d’Aretha Franklin.

Mon souhait est de continuer d'avoir le cœur qui bat dans un an, avec les mêmes inquiétudes, troublantes et saines à la fois, mais, au bout de ces jours, de ces 365 jours, j'espère encore la joie ! Oui, la joie qui naît du labeur !

Partager

Aucun de nous n'est aussi malin que nous tous.

Proverbe japonais