#AskLaCabrik

*
*
*
*

Les informations recueillies via ce formulaire par La Cabrik ont pour finalité le traitement de votre demande d’informations. Tous les champs sont obligatoires pour traiter votre demande. Dans le cas où, ils ne seraient pas remplis, votre demande ne pourra pas être traitée. Conformément à la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’interrogation, d’accès, de rectification et d’effacement de vos données personnelles, ainsi que d’un à la limitation et d’opposition au traitement de vos données. Vous pouvez exercer ces droits en formulant une demande à l’adresse suivante contact@lacabrik.com. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre politique de protection des données personnelles accessible via l’onglet Conditions Générales d’Utilisation de notre site.

Courage

"espère et raisonne"

Publications — il y a 1 année

"Espère et raisonne" disait Victor Hugo. Mais, comment espérer quand la défaillance de la décence commune est devenue un mouvement si naturel ?

Espérer quoi, raisonner comment, dans quel but ou pour quelle espérance ?

Nous vivons le paradoxe d’une ère à la fois collaborative et égoïste ; les individualités se fracassent les unes contre les autres, mais il y a aussi des mains tendues. Il y a des générosités paradoxales qui usent avec malice de leurs privilèges, mais restituent avec humanité un peu de leur chance. Alors, démêler le bien du mal devient compliqué. Mais, a priori, là n’est pas la question. Si la nature est parfois désespérante, il ne faut pour autant pas céder au découragement.

Nous avons le devoir d’essayer d’inventer ensemble, sans tout comprendre, et dans la célébration d’un certain lâcher-prise, un nouveau modèle de régulation humaine. Il s’agit de repenser la vie ensemble, la place de l’individu dans la société, la place de l’entreprise dans la communauté et le rôle social de l’État qui ne doit pas étouffer les initiatives, mais au contraire, les protéger tout en portant soin aux plus faibles.

Nous avons donc à rebâtir une société économiquement globale, mais humainement bienveillante de son temps, de sa solidarité et de sa vitalité à faire grandir les plus faibles. Mais, c’est-à-dire que pour y arriver, chacun, tout le monde, doit prendre sa part. Chacun a le pouvoir d'apporter sa pierre à l'édifice car, ce qui compte, ce sont les rochers que nous bougeons ensemble. Chacun peut espérer quelque chose de mieux, dans son corner ; chacun peut donner de son temps et de son intelligence pour aider à trouver un meilleur art d'être heureux ensemble.

Mais, le bonheur n’est-il pas chimérique diront certains ? Que neni répondront d’autres ! Le bonheur ressemble à des particules de paix et de plénitude que chacun touche du bout des doigts quand la personne en nous se ressemble ; quand le reflet du miroir impitoyable ne donne aucune raison de rougir de son histoire, cela signifie que nous sommes dans la bonne direction et que nous avons conscience que nous sommes une unité dans l’humanité.

Nous devons par ailleurs arrêter d’assiéger nous-mêmes notre humanité, pour enfin la traiter comme une rareté. Nous sommes des animaux intelligents même si, parfois, il est permis d’en douter. Nous avons donc les ressources pour renouer avec nous-mêmes, aller au devant de nos propres passions, ne pas céder à la facilité, ne pas éviter les échecs, mais au contraire essayer. Nous sommes à une transition des humanités, à un carrefour de notre bonheur collectif qui dépend en réalité de notre propre individuation. Il nous faut espérer ce mouvement collectif basé sur notre aptitude à raisonner le monde, au carrefour de toutes les mutations intelligibles ou non.

Alors oui, chacun peut choisir sa vie en se disant à soi-même "espère et raisonne", comme une prière à l’univers.

Partager

C'est une erreur de croire nécessairement faux ce qu'on ne comprend pas.

Gandhi