#AskLaCabrik

*
*
*
*

Les informations recueillies via ce formulaire par La Cabrik ont pour finalité le traitement de votre demande d’informations. Tous les champs sont obligatoires pour traiter votre demande. Dans le cas où, ils ne seraient pas remplis, votre demande ne pourra pas être traitée. Conformément à la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’interrogation, d’accès, de rectification et d’effacement de vos données personnelles, ainsi que d’un à la limitation et d’opposition au traitement de vos données. Vous pouvez exercer ces droits en formulant une demande à l’adresse suivante contact@lacabrik.com. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre politique de protection des données personnelles accessible via l’onglet Conditions Générales d’Utilisation de notre site.

Leadership _ Gouvernance _ Culture _ Valeurs _

Leadership

L-E-A-D-E-R-S-H-I-P, j'écris ton nom

Publications — il y a 3 semaines

Quel est le poids d’une entreprise dépourvue de leadership ?

Il y a souvent une confusion entre manager et leader.

Depuis longtemps, les managers sont pour beaucoup des techniciens reconnus pour leurs compétences, leur loyauté et leur potentiel technique.

Le cycle des crises répétitives, interminables, est arrivé installant de manière exponentielle la violence au travail, tandis qu'il fallait motiver des collaborateurs déboussolés. Il est alors apparu que le leadership était manquant à incarner ce qui crée le commun, donne la direction, impulse l’envie d’avoir envie, de se dépasser, de faire siens les objectifs de l’entreprise.

Le L-E-A- D-E-R-S-H-I-P est une mosaïque d’attitudes minimales.  

1

Liberté

Prendre la liberté de choisir, de dire oui, de dire non, de s’investir ici et maintenant, de porter un

projet, d’apprendre, de respecter les règles et en même temps de faire un pas de côté. Cette liberté-là a quelque chose d’inspirant, rien qu’à observer la force légère s’imprimer dans le sentiment que l’autre décide de sa vie, choisit d’être qui il est ou qui il veut et que cela peut se faire dans le respect des autres et surtout de soi-même.

2

Emotion

Penser avec humanité n’est pas penser avec faiblesse, c’est au contraire se donner les moyens de creuser son sillon en mettant en perspective les valeurs, le vrai, le faux mais aussi le bien, le mal. Quand on est érigé en exemple, peut-on tout se permettre ? Se connecter à ses émotions permet d’entendre la voix intérieure qui signe l’intention du geste.

3

Affirmation

Sentir sa valeur d’exemplarité oblige à affirmer avec intelligence et tempérance. Parler à voix haute, porter ses sujets, exprimer ses doutes, ses refus, énoncer pour signifier quelque chose mais avec la modération raisonnable inhérente à la vie du collectif. Ne pas mener l’assaut au nom de toutes ses convictions mais discerner quand il faut élever la voix et se taire ; apprendre à dire ou ne pas dire, à faire ou ne pas faire, à soutenir, s’opposer ou se démettre est un exercice que doit savoir maîtriser le leader.

4

Doute

Énoncer, affirmer et douter pour ne pas tomber dans l’arrogance, parce que nul n’est omniscient. Avoir conscience que l’apprentissage dure toute la vie et que les vérités d’hier ne sont pas forcément celles d’aujourd’hui. Chacun peut donc penser juste, avec connaissance et rationalité, mais certaines vérités changent à l’aune du monde qui évolue. Et, ce n’est pas une remise en cause de la compétence ; mais, cela le devient quand on s’accroche aveuglement au nom de l’âge, de l’autorité de l’expérience, de celle que l’on pense issue du statut ; ne pas douter devient une faute quand on se ferme aux gens et au monde.

5

Ecoute

Entendre et écouter est une des clefs pour penser juste, énoncer juste et décider juste.

Être attentif aux mots et aux maux. Entendre jusqu’aux murmures qui se déploient souvent de manière spectrale : les mots, les silences, les non-dits, les postures, les comportements et les décisions murmurent tous quelque chose et l’oreille doit être suffisamment sensible pour déceler même l’indicible.

6

Rêve

Le leader est souvent grand de ses énoncés. Il est comme un torrent qui puise sa force dans un fleuve pour gagner en épaisseur et suivre sa trajectoire. Le leader a toujours une trajectoire. Je ne connais pas de leader qui ne va nul part. Il y a des leaders nourriciers et d’autres toxiques. La différence est la manière consciente ou inconsciente avec laquelle le pouvoir est utilisé pour aller d’un point A à un point B, pour réaliser un dessein qui selon les points de vue peut être un rêve ou un cauchemar.

7

Soutien

Un grand leader offre son soutien (estime, affectif, matériel, informatif) mais accepte aussi celui des autres quand le contexte s’y prête. Cette inclination au soutien ne signifie pas la faiblesse, mais la force solidaire d’un groupe qui sait se rendre disponible et utile aux uns et aux autres, de manière fluide, évidente et naturelle. Le soutien est toujours, à un moment de l’histoire, une donnée expliquant un succès ou un échec.

Soutenir l'autre plutôt qu’écraser, regarder ou détourner le regard.

8

Humain

Le leader est un homme, un être sensible qui pense ses ambitions en pensant aux autres. Faillible, fort et faible de cette conscience-là. Un leader connecte son cerveau à son cœur, observe le monde pour mettre ses connaissances et ses expériences en perspective afin d’évoluer, d’apprendre, de grandir et de faire grandir les autres.

9

Intelligence

Le leader est rompu au concept d’intelligences multiples : penser, s’adapter, questionner, renoncer, se battre, combattre, etc., mais c’est aussi l'agilité (intellectuelle, visuelle et spatiale), l'éloquence, la rationalité du raisonnement, la résolution de problèmes et la dynamique des relations (intra personnelle, interpersonnelle). Bref, son intelligence, c’est d'utiliser sa pleine présence pour être à la confluence de tous les savoirs.

10

Passion

La passion est cette énergie qui vient du ventre et du cœur ; elle est ce feu qui guide et éclaire, même quand la nuit est noire. Elle est cette confiance dans le fait que quelque chose de mieux va se produire qui pousse à insister, à résister, à se défier, mais aussi à mettre les autres au défi, toujours avec la grâce de la bienveillance. Le leader emporte les autres dans sa passion, veut créer un impact, consciemment ou inconsciemment, et c’est ce qui le rend séduisant mais parfois dangereux.

Le leadership est une arme de séduction ou de destruction massive, selon l’usage qui en est fait. Il faut donc veiller au grain, être vigilant, courageux, clair avec les valeurs de l'entreprise et sanctionner quand l'inacceptable se produit. Le cas échéant, l'entreprise court à sa perte, même lentement.

Partager

À l'impossible, je suis tenu.

Jean Cocteau