#AskLaCabrik

*
*
*
*

Les informations recueillies via ce formulaire par La Cabrik ont pour finalité le traitement de votre demande d’informations. Tous les champs sont obligatoires pour traiter votre demande. Dans le cas où, ils ne seraient pas remplis, votre demande ne pourra pas être traitée. Conformément à la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’interrogation, d’accès, de rectification et d’effacement de vos données personnelles, ainsi que d’un à la limitation et d’opposition au traitement de vos données. Vous pouvez exercer ces droits en formulant une demande à l’adresse suivante contact@lacabrik.com. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre politique de protection des données personnelles accessible via l’onglet Conditions Générales d’Utilisation de notre site.

Succession - HBO - Management - Gouvernance - Talent - Confiance - Courage - Loyauté - Humain -

Gouvernance

Toxic

Édito — il y a 11 mois

❛Je vous aime, mais vous n'êtes pas... des gens sérieux !❜ Logan Roy

Il parait que la série Succession produite par HBO est inspirée de la famille Murdoch, célèbre mania de presse dont certains des plus fameux tabloïds anglais. Je ne sais pas où les scénaristes ont été chercher leurs dialogues, mais c’est du grand art sur petit écran. Je crois que cette série a élevé la cruauté au rang d’œuvre d’art. Chaque épisode est un odieux exercice de manipulation rondement menée. 

La saison ❶ plante le décor ; on comprend très vite que Logan Roy, le patriarche à la tête de l’empire Roy, ne compte pas céder les rennes de l’entreprise. La saison ❹ est éclairante sur sa frilosité. 

Cette série montre comment l’absence de préparation à une succession peut menacer un empire. Et tout se résume en quatre mots : talent, confiance, courage et loyauté. 

Talent 

Le principe même de la relève s’articule autour des talents, soit des ressources humaines avec des compétences remarquables pour développer et pérenniser l’entreprise. Il faut donc savoir s’entourer et développer d’autres personnes que soi-même. 

La série montre que Logan Roy est entouré de gens dont le talent est totalement contrôlé, sinon étouffé par lui, en tant que dirigeant. Il teste et menace en permanence la résistance des uns et des autres dans un climat de défiance. Les hommes de confiance tournent au vu et au su de tous et ce tourbillon d’intérêt conduit à un rétrécissement de tous, y compris du numéro un. 

La famille est aux manettes, aux avant-postes, mais c’est Logan Roy qui dirige. Les responsabilités confiées aux uns et aux autres ont l’épaisseur d’une mission parfois menée jusqu’à terme, mais souvent perturbée par l’ingérence du dirigeant. 

Il n’y a pas de feedback ou alors celui-ci est anecdotique ; au bout du compte, l’ancienneté est un indicateur de la satisfaction relative du dirigeant. Personne n’est totalement sûr de comprendre son rôle, voire son utilité, mais chacun veut se frayer une place au soleil. 

Ce sont des interactions dominées par la politique qui impactent durablement le développement véritable des compétences des équipes qui naviguent en eaux troubles. 

Confiance 

Dans ces conditions, comment avoir confiance ? Cette série montre trahison sur trahison. Personne n’est digne de confiance car tout le monde a peur. Cela crée, de fait, des comportements mimétiques empreints d’un manque systémique de sécurité. 

La mission de chacun a l’air d’être en jeu chaque jour ; cette atmosphère alimente des interactions complexes, indirectes et politiques, au risque d’épuiser l’énergie de tous. 

Chacun tente de se dévouer à sa tâche, tout en élaborant en même temps, un plan de secours, au cas où les choses déraperaient. Aussi, la solidarité et l’esprit d’équipe ne sont qu’une façade de circonstances.

Et c’est ainsi que nous assistons à des joutes oratoires d’une violence rare, sachant que chacun pense être sûr de son fait alors que les fils sont tirés par une même et unique personne : Logan Roy.

Courage    

Dans cet océan d’incertitudes et de faux-semblants, il est difficile de faire preuve d’un courage singulier ; en observant en premier lieu, celui de dire ; dire la vérité, dénoncer les faits, défendre une opinion, soit des comportements normaux pour un dirigeant qui assume pleinement sa responsabilité. 

Chacun veut plaire et durer, peu importe qu’ils soient alignés avec les situations. Pire, chacun se repaît de voir l’autre humilié ou en danger. Personne n’ose élever la voix pour dire stop et défendre ainsi une idée ou une personne. 

C’est une série qui montre de manière magistrale comment chacun peut être fort avec les faibles et faible avec les forts. C’est une série qui montre combien chacun spécule sur l’influence de tous. La moindre interaction est analysée, le moindre retrait est commenté et, de tous ces mots et ces non-dits, chacun y va de sa propre interprétation pour fomenter à son avantage et sans courage. 

Loyauté 

Au bout du compte, Succession raconte l’opportunisme poussé à son paroxysme, au prix de la loyauté. Tous se perdent, jusqu’à accepter l’inacceptable. 

Cette série parle du pouvoir comme seule boussole ; et la loyauté indéfectible que les gens ont pour le pouvoir… et l’argent. Ce sont des failles narcissiques à combler, des revanches à prendre, une demande d’attention, de validation ou d’amour ; bref, une reconnaissance arrachée au forceps de l’humanité de tous. 

Certaines scènes sont irréelles de vérité tant elles montrent l’engeance de ceux qui se sentent menacés. 

Succession, c’est « Le portrait de Dorian Gray » ; c’est l’histoire d’une lutte à mort, aux tréfonds de la noirceur humaine, pour avoir sa part du gâteau, aussi maudite soit-elle. 

Cette série raconte une histoire toxique de succession et ce n’est pas qu’une fiction. Au passage, elle raconte en creux le rôle régulateur d’une bonne gouvernance pour stabiliser la stratégie et piloter l’entreprise avec des valeurs pour ne pas avoir à craindre les soubresauts de la valorisation de l’entreprise à chaque rumeur, scandales, échecs ou variation de la reine sur l’échiquier. 

 

Nicole Degbo

-

La Cabrik est une fabrik de gouvernance stratégique et humaine qui accompagne les transformations pour relier l'économie à l'humain et est spécialiste des situations de crise de gouvernance.

Partager

Les choses sont ce qu'elles sont et elles seront ce qu'elles seront.

Citation apocryphe