#AskLaCabrik

*
*
*
*

Les informations recueillies via ce formulaire par La Cabrik ont pour finalité le traitement de votre demande d’informations. Tous les champs sont obligatoires pour traiter votre demande. Dans le cas où, ils ne seraient pas remplis, votre demande ne pourra pas être traitée. Conformément à la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’interrogation, d’accès, de rectification et d’effacement de vos données personnelles, ainsi que d’un à la limitation et d’opposition au traitement de vos données. Vous pouvez exercer ces droits en formulant une demande à l’adresse suivante contact@lacabrik.com. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre politique de protection des données personnelles accessible via l’onglet Conditions Générales d’Utilisation de notre site.

Individuation - Action - Humain - Salariés - Ressentiment - Cynthia Fleury - Héros - Collectif -

Individuation

Nous, le héros collectif

— il y a 5 mois

"Ne manquez pas votre unique matinée de printemps." Vladimir Jankélévitch

Pourquoi les progrès humains sont-ils si lents ? Comment éviter le chaos ressentimiste ? 

Le plus grand nombre espère un changement politique, économique et social. Mais, combien d’entre nous assument-ils l’idée que le changement ne se fera pas sans nous ? 

Le monde ne changera que lorsque chacun le fera changer, certes à sa mesure. Chaque personne a des griefs contre la vie, des frustrations, des désirs, des aspirations, des rêves et des ambitions. Certains pensent que leur vie sera intéressante, tandis que d’autres se pensent déjà condamnés ; une partie non négligeable de la société se sent trop tôt assignée à une misère de situation ou de position et capitule par anticipation. 

Or, chacun peut redonner à l’action son pouvoir en affrontant l’épreuve du réel, en reprenant courage et en pensant son projet de vie pour lui donner corps. 

Cynthia Fleury parle de la dimension capacitaire de l’homme ; elle ne cesse de réaffirmer à travers ses livres que "l’homme peut".

Alors, peut-être faut-il commencer de cesser de tourner le dos à sa vie, en prétextant mille excuses car même les plus sérieuses peuvent être surmontées ? 

Dans le monde du travail, beaucoup de salariés portent atteinte à leur santé mentale à force de se sur-adapter à des entreprises malades de leur gouvernance manquante, du manque de courage général, des errances décisionnelles, mais aussi parce qu’ils n’ont pas fait leur part du "boulot". Ils n’ont pas pris le temps de réfléchir à leur projet de vie et se retrouvent coincés dans une vie qu’ils n’ont pas choisi, sans savoir comment en réchapper ? 

Plutôt que de laisser poindre pas à pas l’amertume, chacun ne devrait-il pas prendre la décision d’arrêter le processus d’auto-réification qui leur fait perdre peu à peu l’idée même de libre-arbitre et par capillarité de liberté ? 

Comment agir ? Comment reprendre le pouvoir ? Comment cesser de chuter ou d’être immobile ? Voilà des questions auxquelles une large part d’individus devrait s’attacher à répondre avant que le péril ne soit irréversible. Et la menace est là. La digitalisation s’accélère, le travail est en cours de redéfinition, l’entreprise dans son acception spatiale est en pleine mutation et les démocraties sont fragiles. Le salut réside donc dans chacun d’entre nous, encore faut-il y croire et agir. 

Penser son employabilité devient un acte citoyen fondamental pour préserver son utilité ; la curiosité sera indiscutablement une qualité indispensable pour avoir la discipline réflexive nécessaire pour comprendre les défis du monde qui vient ; l’agilité deviendra une compétence ordinaire ; et, l’intelligence, la culture et la lecture seront des remparts contre la précarité intellectuelle. 

Ainsi, le défi du siècle sera celui de l’éducation ; puis de l’action ; penser donc avant de panser ; comprendre avant d’agir pour juguler tout sentiment d’impuissance acquise et faire battre en retraite le grondement de la rumination. 

Notre responsabilité sera indéniablement de faire face à nos responsabilités, tout en renonçant au simplisme de l’égalitarisme car la trajectoire de vie est aussi une affaire de singularité, de chance, de capacités intellectuelles, émotionnelles, technologiques et physiques. Mais, nous sommes tous une part de la solution, à la condition d’oser le changement, à commencer par le nôtre. 

Nous pouvons être un héros collectif. Il suffit de nous demander régulièrement quels sont nos manques pour mieux faire, et sans délai, faire ce qu’il y a à faire. Le changement de notre société est à notre portée ; il ne dépend pas des autres, mais de nous, de vous.  

Alors, de quoi souffrez-vous ? Et comment pouvez-vous réparer ce qui ne fonctionne pas ? 

-

Nicole Degbo 

Partager

Etre meilleur ne s'arrête jamais.

All Blacks