#AskLaCabrik

*
*
*
*

Les informations recueillies via ce formulaire par La Cabrik ont pour finalité le traitement de votre demande d’informations. Tous les champs sont obligatoires pour traiter votre demande. Dans le cas où, ils ne seraient pas remplis, votre demande ne pourra pas être traitée. Conformément à la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’interrogation, d’accès, de rectification et d’effacement de vos données personnelles, ainsi que d’un à la limitation et d’opposition au traitement de vos données. Vous pouvez exercer ces droits en formulant une demande à l’adresse suivante contact@lacabrik.com. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre politique de protection des données personnelles accessible via l’onglet Conditions Générales d’Utilisation de notre site.

Travail - Emploi - Numérique - Se réinventer - Société - Obsolescence des compétences - Compétences - Changement - Confiance - Carrière -

Travail

L'obsolescence programmée de votre employabilité

Édito —il y a 2 semaines

❛Il faut constamment se battre pour voir ce qui se trouve au bout de son nez.❜ Georges Orwell

Des cadres et des dirigeants “bien sous tout rapport”

Combien de temps vous reste-t-il ? Avez-vous déjà essayé de vous poser cette question ? Quel est le compte à rebours de votre utilité ? Je ne conteste pas la violence de ce qui se cache derrière cette phrase, mais cet enjeu est crucial et s’en inquiéter devient inévitable. 

Un grand nombre de cadres et de dirigeants se voient "bien sous tout rapport" ; ils ont les bons diplômes, la bonne carrière, le bon réseau et des chasseurs de tête sur lesquels ils peuvent compter. Ils se disent alors que tout va bien ; ils observent tout de même que le marché est plus tendu qu’avant, mais ils se disent qu’il n’y a pas de raison que la machine se grippe pour eux. Ils s’accrochent à leur expérience sur le marché du travail et ne pensent qu’à leur succès. 

Ils se rassurent avec leur trajectoire professionnelle, en pensant que l’avenir ne sera pas si différent et ils se trompent. Qui peut dire quel sera le marché du travail dans cinq à dix ans ? Il y aura le numérique bien-sûr, une destruction et en même temps une création d’emplois qui vont modifier en profondeur les règles du jeu. Et il faut être fou ou inconscient, peut-être les deux, pour croire que ce sera possible de passer au travers de cette prophétie. 

Faire votre bilan de carrière pour comprendre

Aussi, il faut se projeter dans le futur tout en ayant conscience que notre puissance projective sera perturbée par tous les aléas prévisibles. Est-ce une raison suffisante pour attendre et voir ? Au contraire, il est temps de faire votre bilan de carrière pour comprendre de manière subtile ce que votre expérience doit vous enseigner. L’enjeu est clairement de tirer les bonnes leçons jacentes et sous-jacentes de votre carrière, sans vous laisser trop influencer par les biais de résultats. En effet, le danger est de sur-interpréter ce qui est perçu comme un succès et de minorer, voire d’ignorer, ce qui est vécu comme un échec. 

Vous devez être au clair avec les faits et analyser avec lucidité vos choix, sans faire l’impasse sur vos renoncements, votre non-courage, vos peurs, vos obstacles-prétextes et toutes les autres stratégies de contournement que vous avez mises en place pour passer à côté de votre potentiel, au profit de votre zone de confort, tout en vous rassurant sur le fait que vous réussissez. 

Votre carrière raconte en creux votre besoin de sécurité

Vous êtes nombreux à refuser de prendre pleinement votre risque pour vous réaliser pleinement ; vous êtes nombreux à ne pas savoir comment vous réinventer ; vous êtes nombreux à faire carrière dans le même métier et le même secteur ; vous êtes donc nombreux à ignorer qu’en réalité, votre carrière raconte en creux votre besoin de sécurité et que c’est précisément ce point qui sera votre pire handicap dans les années à venir. Or, c’est particulièrement difficile d’apprendre et d’anticiper de manière adaptée quand la lecture des succès est biaisée et que les échecs ou les quasi échecs sont ignorés. 

La confiance en soi et dans les autres est également au cœur du sujet. Que valez-vous ? Le savez-vous ? C’est important d’être au clair avec cela car cela vous donne une idée de votre marge de manoeuvre et l’assurance nécessaire pour définir un objectif ambitieux. La réelle ambition est aussi un autre sujet ; un trop grand nombre d’entre vous minorent leurs ambitions exprimées parce qu’ils savent par avance qu’ils ne vont pas se donner les moyens de les réaliser. Sauf que l’avenir sera déjà suffisamment impitoyable, sans que chacun ait besoin de lui faciliter le travail, en faisant des compromis évitables avec la nature des objectifs professionnels à atteindre. 

Piloter votre carrière de manière méthodique

Demain, il faudra certes faire confiance à la chance, mais il faudra surtout piloter sa carrière de manière méthodique. Qu’est-ce que cela veut dire ? Piloter votre carrière comme un projet avec un objectif clair identifié et définir des jalons d’exécution pour garder le cap ; vous devrez être également au clair avec la bonne allocation des ressources à mobiliser, à commencer par la manière dont vous allez capitaliser sur votre propre potentiel pour faire montre de créativité et d’endurance. Pourquoi c’est important ? Vous devrez apprendre à analyser votre expérience et vos choix avec un regard nouveau. Vous allez devoir bâtir des hypothèses d’échec pour comprendre les nouveaux écueils à éviter. Vous allez devoir faire face à votre réalité avec honnêteté pour évaluer non seulement vos forces et vos faiblesses, mais comprendre au mieux comment saisir les opportunités du marché, tout en assimilant les contraintes et en évitant les menaces. Et l’idéal est d’être a minima entouré d’une ou plusieurs personnes suffisamment courageuses pour vous dire la vérité : ce qu’elle pense de votre capacité à utiliser ou pas votre talent ; la manière dont vous laissez vos peurs ou celles des autres vous influencer ; la fréquence avec laquelle vous temporisez les décisions difficiles ; l’habitude avec laquelle vous déployez votre courage ou votre non-courage ; et bien entendu, vous dire si vous vous mentez à vous-même pour ne pas agir ; des amis peuvent jouer ce rôle et des professionnels aussi. Mais, il vous faut le décider maintenant car les changements à venir sont inévitables et pour partie imprévisibles. 

Votre responsabilité vis-à-vis de vous-même sera d’affronter la complexité du marché, en tirant votre épingle du jeu, pour ne pas la subir. Ainsi, pour éviter la tragédie, vous n’aurez pas d’autres choix que d’ouvrir de larges perspectives d’employabilité pour vous donner toutes les chances de vous réinventer. Et, procrastiner ce travail est une faute car désormais le temps perdu participe à la construction de votre obsolescence programmée. 

-

Nicole Degbo

-

Article publié dans Cadre et Dirigeant Magazine, à lire ici.

Partager

Il n'est pas de punition plus terrible que le travail inutile et sans espoir.

Albert Camus