#AskLaCabrik

*
*
*
*

Les informations recueillies via ce formulaire par La Cabrik ont pour finalité le traitement de votre demande d’informations. Tous les champs sont obligatoires pour traiter votre demande. Dans le cas où, ils ne seraient pas remplis, votre demande ne pourra pas être traitée. Conformément à la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’interrogation, d’accès, de rectification et d’effacement de vos données personnelles, ainsi que d’un à la limitation et d’opposition au traitement de vos données. Vous pouvez exercer ces droits en formulant une demande à l’adresse suivante contact@lacabrik.com. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre politique de protection des données personnelles accessible via l’onglet Conditions Générales d’Utilisation de notre site.

Style - Travail -  Mode - Allure - Image professionnelle - Représentation

Style

L'allure face au je(u).

Édito — il y a 1 année

Temps de lecture: 2 minutes

Tom Wolfe disait "Le style, c’est l’homme". Idem pour la femme. Une phrase simple et puissante qui pose le je(u).

30 secondes pour se faire une impression qui durent de 15 minutes à 6 mois (source Harvard Business Review).

30 secondes donc pour juger une allure qui esquisse au loin un "je ne se sais quoi" de soi qui se confirme ou s’infirme à mesure que l’identité toute entière se déploie, mais avec ce temps, ces 15 minutes à 6 mois qui jouent pour ou contre soi.

L’allure est d’abord et avant tout une apparition. C’est une architecture d’accessoires qui forment une silhouette. C’est un choix de couleur, de matière, de tendance qui racontent une histoire de style. 

C’est la photographie d’un ensemble réfléchi ou non, choisi personnellement ou conseillé qui parent l’individu. 

C’est une sémiologie qui renseigne sur l’humeur, le rang, le goût pour signer une élégance très personnelle. 

L’allure est une symphonie musicale qui dit quelque chose de la personnalité. 

Le style est donc un refuge identitaire. 

L’idée est d’inventer son style, non pas de suivre irrémédiablement la mode. Le je(u) est de consulter la mode pour y puiser des idées et forger au gré du temps, son style, de plus en plus affuté pour rayonner tel qu’en soi-même. 

L’allure est également une histoire d’évolution car elle raconte quelque chose de temporel ; elle témoigne d’une indépendance grandissante et évoque de manière silencieuse, mais dicible l’affirmation d’une liberté. Elle est une preuve d’émancipation des codes, des règles, des carcans. 

L’allure dévoile une aisance ; elle sublime une attitude, elle est une armure. 

Le propre d’une allure est d’être modulaire. Elle s’adapte aux circonstances tel un caméléon, sans nécessairement trahir les fondements de l’identité. 

Le style accompagne des moments de vie, une action, une décision, une émotion, une force ou une vulnérabilité. 

L’allure de circonstance protège de l’extérieur ; elle capte l’attention ou au contraire la détourne ; elle fait gagner du temps ou au contraire en fait perdre. Elle entraîne une séduction ou une répulsion. Elle joue avec notre impression et, de fait, avec notre attention.

L’allure est une seconde peau, un prolongement de soi-même. 

Alors, pour traverser la vie avec allure, il faut se le dire : "Le style, c’est l’homme". Idem pour la femme.

#Ask pour aller plus loin avec notre programme "Allure".

Partager

Nous sommes ce que nous faisons de manière répétée. Aussi l’excellence n’est-elle pas un acte mais une habitude.

Aristote