#AskLaCabrik

*
*
*
*

Les informations recueillies via ce formulaire par La Cabrik ont pour finalité le traitement de votre demande d’informations. Tous les champs sont obligatoires pour traiter votre demande. Dans le cas où, ils ne seraient pas remplis, votre demande ne pourra pas être traitée. Conformément à la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’interrogation, d’accès, de rectification et d’effacement de vos données personnelles, ainsi que d’un à la limitation et d’opposition au traitement de vos données. Vous pouvez exercer ces droits en formulant une demande à l’adresse suivante contact@lacabrik.com. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre politique de protection des données personnelles accessible via l’onglet Conditions Générales d’Utilisation de notre site.

Coronavirus - COVID19 - Transformation - Gouvernance - Economie - Modèle de croissance - Confiance - Société - Entreprises - People -

Gestion de crise

Genius is king

Édito — il y a 4 mois

"Je viens de comprendre enfin l'utilité du pouvoir : il donne ses chances à l’impossible." Albert Camus

C’est cette logique que les dirigeants devront adopter pour sortir leur entreprise du confinement. Il faudra apprendre à lâcher-prise pour faire montre d’humilité et en même temps de génie. Il faudra accepter le coût du coronavirus sans acrimonie, avec l’ambition d’être prêt pour la prochaine fois ; car il y aura une prochaine fois, cet inédit n’est qu’une "répétition générale" pour reprendre l’expression de Cynthia Fleury. 

Il s’agira également de renoncer à chercher toute analogie : nous ne sommes pas en guerre, ce n’est pas la grippe espagnole, ce n’est pas le Krach de 1929 ; cela ne ressemble à aucun autre évènement. L’époque est différente ; il y a le digital et surtout, c’est une crise réelle, mais artificielle. C’est une mise à l’arrêt décidée par l’État et par le monde pour des raisons sanitaires. 

Renouer avec le travail, avec les liens, ne pourra pas se faire sans méthode. Il s’agira d’abord et avant tout de dresser un bilan de l’état de l’entreprise. Quel est son degré de vulnérabilité ? Quelle est sa résilience ? Comment repartir ? 

De manière très pratique, il va falloir évaluer avec objectivité et lucidité l’efficacité opérationnelle du télétravail : Quelle agilité ? Quelle inventivité ? Quelle productivité ? À l’évidence, le temps passé en téléconférence ou au téléphone aura pulvérisé tous les compteurs. 

Qu’est-ce que ces éléments traduiront de la stratégie de transformation de l’entreprise ? Le constat ne sera-t-il pas d’acter que trop d’investissements ont été faits au profit du digital vs l’humain ? Ou les entreprises vont-elles accélérer la bascule vers le digital ? Mais, face à cette crise, qu’aurions-nous fait, sans les individus ? Il faut espérer que les dirigeants sauront se souvenir de l’engagement des milliers de derniers de cordée pour trouver le bon équilibre entre la technologie et les humains.  

Il y aura l’état émotionnel des individus, mais aussi celui de l’entreprise ; quel sera l’état mental des entreprises à la sortie du confinement ? Quel sera le bilan de l’utilité des individus et des métiers de l’organisation ? Quel sera le sens de la mission de l’entreprise ? Aura-t-elle démontré sa valeur ou s’agira-t-il de construire autre chose ? 

Pour adresser ces sujets, en catalysant le collectif, il s’agira de faire l’éloge de la lenteur, en résistant au désir de sortir à toute vitesse du confinement ; il sera plus sage d’en sortir, pas à pas, de manière méthodique. 

Les dirigeants d’abord ; non pour des raisons statutaires, mais parce que leur responsabilité est d’évaluer la situation, dans sa dimension globale. C’est leur rôle. 

Puis, la ligne managériale et simultanément tous les métiers préparatoires à la reprise pleine et entière de l’activité (informatique, sanitaire, communication, ressources humaines et autres fonctions spécifiques) ; et enfin, le reste des équipes. Ce qui n’est pas souhaitable, c’est de programmer le retour de tous, dans une entreprise titubante, encore sous le coup du chaos économique et social lié à la crise sanitaire. 

La reprise sera le moment d’un nouveau départ, qui ne sera pas obligé d’être parfait, mais qui ne pourra pas être raté. Il faudra, dans beaucoup de secteurs, rebâtir, penser à la raison d’être, sinon au sens de tout cela et de la mission de l’entreprise. 

La vérité est que la plupart des secteurs d’activité auront l’ardente obligation de repenser leur modèle économique. Il s’agira de le tordre, pour le réinventer, avec toute l’intelligence de la sustainabilité. Et cela ne peut plus être envisagé seulement comme un avantage concurrentiel pour séduire le clan des écologistes, en particuliers des jeunes ; non, cela devra être intégrer dans les fondamentaux de l’entreprise, comme un levier de soutenabilité de l’économie post-covid. 

Ainsi, l’écosystème aura durablement besoin d’un pont aérien de "cash" pour dépasser ce choc mondial, mais il aura assurément aussi besoin du génie de tous pour dépasser cet inédit car "Genius is king". L’argent est indispensable, mais il ne suffira pas ; chaque entreprise devra convoquer son génie collectif pour sortir grandie de cette épreuve dont nous nous souviendrons seulement comme une tragédie ou alors comme l’acte inaugural d’une renaissance.

 

Nicole Degbo 

Partager

Vous pouvez tromper quelques personnes tout le temps. Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Mais vous ne pouvez tromper tout le monde tout le temps.

Abraham Lincoln