#AskLaCabrik

*
*
*
*

Les informations recueillies via ce formulaire par La Cabrik ont pour finalité le traitement de votre demande d’informations. Tous les champs sont obligatoires pour traiter votre demande. Dans le cas où, ils ne seraient pas remplis, votre demande ne pourra pas être traitée. Conformément à la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’interrogation, d’accès, de rectification et d’effacement de vos données personnelles, ainsi que d’un à la limitation et d’opposition au traitement de vos données. Vous pouvez exercer ces droits en formulant une demande à l’adresse suivante contact@lacabrik.com. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre politique de protection des données personnelles accessible via l’onglet Conditions Générales d’Utilisation de notre site.

Viva Tech - Tech - Humain - Travail - Impact social - Hybridation du travail - Care - ESG -

Viva Tech

Soft work?

Actualités — il y a 1 mois

Nous sortons à peine d’une épreuve commune initiatique qui rebat les cartes du travail et les frontières de la technologie.

Viva Tech a montré cette année que la technologie est au service de l’humain et du business. À écouter les témoignages ici ou là, nous comprenons bien que la crise de la covid aurait été un désastre encore plus dramatique sans le support du numérique. 

Trois sujets étaient en pointe : le pivot social, le travail et l’environnement.

Les géants américains ou les entreprises françaises, grand groupes ou start-up n’avaient qu’un mot à la bouche : le modèle social. 

La crise a acté que le temps de la temporisation de l’humain est terminé ; aussi, les enjeux sociaux sont à l’agenda de toutes les entreprises, à commencer par la reconquête du désir des salariés de "faire société ensemble". 

Le mot volontariat est beaucoup revenu dans les conversations, au moins jusqu’en septembre ; c’est la norme de retour au bureau avec des modalités variables et agiles telles que le système de rotation articulé autour de la jauge définie par les entreprises, en cohérence avec les directives publiques. 

Mais ce qui se dessine est bien l’instauration d’une organisation du travail hybride avec deux à trois jours de présentiel pour les métiers éligibles au télétravail. 

Le care management est également au centre de l’attention avec la recherche de la bonne équation pour bien piloter le design de la relation, des organisations et des espaces pour rendre le travail intelligent et surtout flexible. 

Comment écouter mieux ? Comment assurer un suivi performant de la santé mentale des salariés ? Comment endiguer le phénomène de surconnexion lié à l ‘excès de visioconférences ? Une autre problématique montre toute la complexité du moment : certains salariés souffrent d’isolement tandis que d’autres évoquent une phobie sociale. 

La confiance sera à l’évidence une pièce maîtresse du smart work dont le fondement sera inévitablement la complémentarité de la technologie et de l’humain. Et justement, les femmes pourront-elle faire confiance au système pour continuer de progresser vers l'inclusion ? Le volontarisme est là, mais les crises ne sont généralement pas toujours des moments favorables pour accélérer l'égalité et la diversité. 

Cette crise qui n'a pas encore de fin a accéléré de manière significative la bascule vers le digital, au risque de créer un salariat à deux vitesses ; sachant par ailleurs, que certains sont contraints par le cadre territorial du désert numérique et auront de fait du mal à embarquer dans un nouvel écosystème piloté par un grand nombre d’outils. En effet, l’outil digital montre tous les jours qu’il peut grandement simplifier le travail de différents métiers, en l’espèce celui des ressources humaines et des managers, si la connectivité est là et les bons réflexes apprivoisés. 

Le digital permet de monitorer la présence au bureau, de maintenir le lien avec les collaborateurs, d’assurer le suivi de la santé mentale, de la performance commerciale et managériale, de même que de développer une politique de prévention des risques psychosociaux globale et curatrice. 

Et bientôt la réalité augmentée en entreprise pour augmenter l'expérience salariée et notamment managériale. Mark Zuckerberg, fondateur et P-DG de Facebook, a évoqué cette idée d'une manière énigmatique, mais avec un enthousiasme certain.

Le digital est donc un outil fondamental pour gagner du temps pour faire commerce de produits et de services. Voilà les incessants murmures de Viva Tech cette année. 

Et au milieu, toujours, l’urgence écologique qui oblige l’industrie à adopter un nouveau modèle de production net-zéro ; et l’industrie de la mobilité illustre très bien les pas de géant réalisés avec le taxi drone d’Ehang, l’Hopium Machina, une berline hydrogène française, le véhicule de Formule E de DS Automobiles, etc. Du côté des Etats-Unis, Tim Cook, CEO d'Apple, précise que le modèle de production du Groupe est déjà neutre en carbone en matière d’émissions de ses bureaux et magasins à travers le monde. La firme prévoit par ailleurs de passer son empreinte carbone totale à zéro émission nette sur l’ensemble de son activité 20 ans avant l’objectif fixé par l’IPCC. Enfin, au premier trimestre 2021, l'entreprise a annoncé que plus de 110 de ses partenaires à travers le monde vont passer à une énergie 100 % renouvelable pour leur production Apple. Cela permettra d'éviter l'équivalent d'une émission annuelle de 15 millions de tonnes de CO2.

Un nouvel univers industriel défie désormais notre imaginaire pour sortir de l’image de l’usine prolétaire vers l’usine numérique hautement qualifiée qui peut s’installer partout, jusqu’en ville, et redynamiser ainsi les territoires. 

Nous sommes au carrefour d’une multitude de changements qui installent définitivement la technologie au cœur de notre quotidien. 

To be continued...

Partager

Exister, c'est oser se jeter dans le monde.

Simone de Beauvoir