#AskLaCabrik

*
*
*
*

Les informations recueillies via ce formulaire par La Cabrik ont pour finalité le traitement de votre demande d’informations. Tous les champs sont obligatoires pour traiter votre demande. Dans le cas où, ils ne seraient pas remplis, votre demande ne pourra pas être traitée. Conformément à la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’interrogation, d’accès, de rectification et d’effacement de vos données personnelles, ainsi que d’un à la limitation et d’opposition au traitement de vos données. Vous pouvez exercer ces droits en formulant une demande à l’adresse suivante contact@lacabrik.com. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre politique de protection des données personnelles accessible via l’onglet Conditions Générales d’Utilisation de notre site.

Gladiator - Cinéma - Pouvoir - Courage - Leadership - Temps - Vision - Mental -

Pouvoir

Manuel du Gladiator

Publications — il y a 1 mois

Force & Honneur.

Gladiator est un film qui ne vieillit pas. C’est un péplum qui parle de valeurs universelles. 

Au gré des séquences, l’œuvre raconte le courage et le leadership. L’histoire parle avec subtilité du pouvoir. Elle nous dit que la force n’est pas le pouvoir ; c’est une épopée sur l’honneur. 

Le film ne cesse de questionner la légitimité et le courage. 

Comment assumer sa charge ? Comment être digne d’une fonction ? Comment se dresser contre les déviances du pouvoir ? Qu’est-ce que le courage ? 

Gladiator interroge aussi les passions du peuple qui réclame l’honneur et en même temps une forme d’avilissement populaire. Qu’est-ce que la responsabilité ? Quelles sont les limites des hommes ? À partir de quel moment une foule est-elle capable de se hisser comme un seul homme pour protéger sa dignité ? 

Le film démontre également que la légitimité n’est pas liée au statut ; on peut être un esclave et un « dieu » respecté de tous ; on peut être un empereur, inspiré la peur et être méprisé de tous. 

Gladiator, c’est une ode à la tempérance ; c’est une histoire du temps : combien de temps pour construire un empire ; combien de temps pour faire une guerre ; combien de temps pour confisquer le pouvoir à son fils naturel, au profit de son fils spirituel ; combien de temps pour se sentir prêt à succéder à son père ; combien de temps pour se faire justice ; combien de temps pour perdre le pouvoir. Et toutes ces guerres du temps ne sont pas remportées grâce à la seule force ; le film montre que la sagesse est une arme encore plus puissante ; c’est une force morale qui catalyse l’intelligence intellectuelle et émotionnelle pour être au rendez-vous du kairos. 

Ce film dont les scènes de violence ne se comptent plus est pourtant une célébration de la tempérance, celle du mari d’une femme assassinée, celle du père d’un enfant assassiné, celle d’une sœur qui vit dans une prison de peur qui lui enlève toute liberté de pleurer son père assassiné pour protéger son seul enfant dont la vie est menacée ; enfin, la tempérance de soldats dévoués à la discipline militaire, jusqu’au point de bascule. 

"La grandeur est une vision" : cette réplique de Lucilla est sans doute la fable du film : réfléchir, décider et agir avec discipline, dans le respect de ses valeurs et pour quelque chose qui a du sens. C’est la fable de Gladiator qui montre magnifiquement les tourments du pouvoir et de ceux qui dirigent ; le film raconte le questionnement et le non-questionnement, la charge de prendre des décisions difficiles, douloureuses et cruelles pour le bien commun, tout en essayant d’être au jour le jour, ce qu’on appelle un homme de bien.

Ce péplum parle de courage et d’honneur.

Partager

L’important, ce n’est pas ce qu’on a fait de nous mais ce qu’on fait nous, de ce qu’on a fait de nous.

Jean-Paul Sartre