#AskLaCabrik

*
*
*
*

Les informations recueillies via ce formulaire par La Cabrik ont pour finalité le traitement de votre demande d’informations. Tous les champs sont obligatoires pour traiter votre demande. Dans le cas où, ils ne seraient pas remplis, votre demande ne pourra pas être traitée. Conformément à la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’interrogation, d’accès, de rectification et d’effacement de vos données personnelles, ainsi que d’un à la limitation et d’opposition au traitement de vos données. Vous pouvez exercer ces droits en formulant une demande à l’adresse suivante contact@lacabrik.com. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre politique de protection des données personnelles accessible via l’onglet Conditions Générales d’Utilisation de notre site.

transformation - Gouvernance - Culture

Transformation

La transformation est un voyage (III)

Publications — il y a 10 mois

Temps de lecture: 2 minutes

4 mots, 2 consonnes et 2 voyelles pour aller au bout du geste, et créer des sillages sur la mer.

1

Trancher

Dans ce cogito du faire, il y a le barrage des choix : lesquels faire pour bien faire ? C’est là que la vision, les débats et l’intuition viennent s’irriguer pour faire décision et donner de l’épaisseur aux choix. 

Oui, pour se transformer, il faut trancher, choisir et assumer, sans voir sa main trembler. 

C’est le courage inévitable qui permet au collectif de se diriger vers un cap audacieux et partagé, avec les équipes unies par le respect de savoir qu’en cas de doute, une voix saura s’élever, sans faillir. 

2

Innover

Ainsi, se transformer, c’est laisser place à l’innovation. C’est accepter de penser non, de donner du temps et de l’espace à la prospective ; c’est s’interroger, se poser des questions, ralentir, s’arrêter, accélérer et se mettre aussi en état de flow pour catalyser la puissance du collectif. 

C’est ouvrir les yeux et regarder le monde ; c’est se comparer à meilleur que soi et à différent aussi ; c’est discuter avec les autres : les concurrents, les partenaires, les outsiders, c’est dialoguer avec tous, pour tenter d’inventer demain.

3

Oser

Innover, c’est donc réfléchir et surtout jouer.

C’est explorer comme un enfant, questionner comme un enfant, tomber comme un enfant et se relever comme un enfant.

C’est grandir, apprendre de ses succès et de ses erreurs ; c’est donc inévitablement remettre en cause ses certitudes pour nourrir son esprit et offrir de la puissance à sa pensée originale. 

4

Nous

En conclusion, cette histoire de transformation est une aventure collective. 

C’est le nous qui conte une histoire au marché. Cet engagement mérite d’être valorisé, récompensé. C’est un équipage qui part en voyage et espère ramener un souvenir plus grand que le voyage en lui-même.

C’est pouvoir dire le "Sans vous, j’aurais grandi petit" de Victor Hugo ou pouvoir clamer "Voyageur ! Il n’y a pas de chemins, rien que des sillages sur la mer" d’Antonio Machado. 

 

Transformer est une toile, une poésie, une émotion, une construction, mais c’est avant tout et surtout la décision d’aller quelque part. 

Partager

Nous sommes ce que nous faisons de manière répétée. Aussi l’excellence n’est-elle pas un acte mais une habitude.

Aristote