#AskLaCabrik

*
*
*
*

Les informations recueillies via ce formulaire par La Cabrik ont pour finalité le traitement de votre demande d’informations. Tous les champs sont obligatoires pour traiter votre demande. Dans le cas où, ils ne seraient pas remplis, votre demande ne pourra pas être traitée. Conformément à la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’interrogation, d’accès, de rectification et d’effacement de vos données personnelles, ainsi que d’un à la limitation et d’opposition au traitement de vos données. Vous pouvez exercer ces droits en formulant une demande à l’adresse suivante contact@lacabrik.com. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre politique de protection des données personnelles accessible via l’onglet Conditions Générales d’Utilisation de notre site.

Gouvernance - Diversité - Équité - Inclusion - Management - Entreprise - Dirigeants - Fresque Diversité -

Diversité, Équité, Inclusion

La grammaire de la diversité

Publications — il y a 9 mois

❛L’avenir dépend de ce que vous faites aujourd’hui.❜ Gandhi

La diversité est une construction.

Au commencement, l’information et la manière dont elle nourrit notre esprit ; sa qualité et la pluralité des sources invitent ou non à se poser des questions. Et ce sont précisément nos questions qui nourrissent le débat et la réflexion pour questionner et élargir le cadre des évidences. Cette dynamique est d’autant plus importante que nous recevons une quantité exponentielle d’informations de nature sensorielle ou émotionnelle qui vont déclencher des réflexes influencés par notre système de tri. 

Nous simplifions les choses de manière quasi mécanique. C’est la raison pour laquelle nous devons apprendre à identifier nos biais pour tenter méthodiquement et consciemment de les déconstruire. Par nature, nous sommes plus à l’aise avec les personnes et les choses que nous connaissons, nous cherchons à confirmer les connaissances et les certitudes que nous avons, nous généralisons avec une grande facilité, en particulier ce que nous ne comprenons pas ou ce qui nous fait peur. Et nos déterminismes socio-culturels, de même que notre environnement matériel et émotionnel renforcent ou accentuent nos biais cognitifs. 

Et c’est notre capacité à challenger nos pensées, nos réflexions, nos jugements qui va ouvrir ou fermer notre esprit, au point de créer des stéréotypes, soit des croyances partagées concernant les caractéristiques personnelles d’un groupe de personnes, qui vont se matérialiser dans nos préjugés, c’est-à-dire l’expression concrète d’une attitude marquée envers une ou plusieurs personnes en raison de leur appartenance à un groupe particulier. 

Ces raccourcis de la pensée sont un chemin direct vers des actes discriminants, directs ou indirects, intentionnels ou pas. C’est ainsi que des millions de gens sont victimes d’une pensée raccourcie sur la base d’un ou plusieurs critères, au point qu’on parle désormais d’intersectionnalité pour mettre en évidence les effets du cumul. 

La diversité crée de la valeur dans les entreprises car elle favorise des débats nourriciers pour l’innovation. Elle permet de partager des expériences et des points de vue différents quand le management sait capitaliser sur la différence et la singularité des uns et des autres. 

Elle est un atout pour l’entreprise et un handicap pour la société quand elle est défaillante car les exclus souffrent et deviennent vulnérables. Ils perdent confiance en eux et dans leur capacité à s’insérer dans la société. Ce sont les ferments de la discorde qui peuvent embraser une société animée par des élans ressentimistes quand le progrès boite et que les inégalités, notamment les discriminations, deviennent une violence sociale ordinaire acceptée par la société.  

Le danger est le déni que les uns peuvent opposer aux autres, fracturant ainsi la société entre les dits privilégiés et les autres. Sur la question des privilèges, mieux vaut éviter de faire des raccourcis afin d’éviter tout jugement caricatural qui pourrait, par ailleurs, confiner à un mépris de classe. 

Ainsi, pour bâtir une société inclusive, les décideurs doivent penser en termes d’équité pour mettre en place des actions correctives visant à réguler les inégalités de la société. Comment ? Sur le plan individuel, chacun peut faire un travail pour dépasser son auto-censure, bien entendu se donner les moyens d’avoir les outils pour faire face aux inégalités, arrêter de faire le dos rond et d’être permissif avec les actes de discrimination ; les victimes doivent oser porter plainte et l’État devrait se montrer plus exemplaire dans le prononcé des peines pour envoyer un message et surtout incarner l’égalité, au sens constitutionnel du terme ; enfin, un jour peut-être, nous n’aurons plus besoin de quotas, de rattrapages de salaires, de réunions de non-mixité choisie et toute autre mesure réparatrice car l’inclusion sera devenue notre « new normal ». Mais, nous en sommes encore très loin car nos esprits ne sont pas entraînés à bifurquer pour déjouer nos biais et favoriser la diversité, l’équité et l’inclusion.

-

La Cabrik est une fabrik de gouvernance stratégique et humaine qui accompagne les transformations pour relier l'économie à l'humain et est spécialiste des situations de crise de gouvernance.

Partager

Ce n'est pas si facile de devenir ce qu'on est, de trouver sa mesure profonde.

Albert Camus