#AskLaCabrik

*
*
*
*

Les informations recueillies via ce formulaire par La Cabrik ont pour finalité le traitement de votre demande d’informations. Tous les champs sont obligatoires pour traiter votre demande. Dans le cas où, ils ne seraient pas remplis, votre demande ne pourra pas être traitée. Conformément à la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’interrogation, d’accès, de rectification et d’effacement de vos données personnelles, ainsi que d’un à la limitation et d’opposition au traitement de vos données. Vous pouvez exercer ces droits en formulant une demande à l’adresse suivante contact@lacabrik.com. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre politique de protection des données personnelles accessible via l’onglet Conditions Générales d’Utilisation de notre site.

Travail - Ambition - Rêve - Projet professionnel - Motivation

Fulfilment

Des racines & des rêves

Publications — il y a 1 année

Temps de lecture: 2 minutes

Dis, qu’est-ce que sent ton coeur ?

1

Rêver

Le rêve a quelque chose de l’enfance. Il est ce voyage onirique qui permet d’inventer sa vie, d’aller vers ce qui parait inimaginable, mais imaginable.

Cette puissance onirique trouve son fondement dans l’imagerie mentale ; cette capacité à rêver en grand, en vrai, avec force de détail, comme une hypotypose. Ce pont entre le virtuel et le réel est parfois, sinon souvent l’impulsion dont nous avons besoin pour avoir envie de toucher du bout des doigts l’ombre de l’ambition que constitue nos rêves. 

Il s’agit bien entendu des rêves éveillés, des rêves d’enfants devenus adultes qui ne demandent qu’à trouver un refuge dans le désir de leur donner vie. Encore faut-il les cultiver, les chérir même, avec une forme d’espièglerie qui fait le sel de la vie, mais qui donne aussi l’envie d’avoir envie, parce que c’est ainsi, parce que c’est drôle, parce que la vie est précisément ce que l’on choisit d’en faire.

Mais, pour que cela reste léger, joyeux, il ne faut pas traquer le rêve et encore moins le torturer ; il faut le laisser voguer, flotter, errer jusqu’à se planter avec détermination dans la tête et dans le coeur. Le rêve a donc cette part d’instinctif qui fait le charme du sujet. 

2

Assumer

Ainsi, une fois le rêve planter dans le coeur, il faut encore l’arroser. 

Autrement dit, nous avons deux choix : lâcher ou vivre nos rêves. Le second choix est exigeant, il demande de l'endurance. Le rêve doit sortir de sa chrysalide pour devenir papillon et se transformer en ambition. Et, le chemin n’est pas simple ; il faut du courage pour ne pas renoncer. Le rêve quitte alors son insouciance pour devenir une ambition avec un sens suffisamment porteur pour impliquer un engagement déterminé. 

S’engager pour nos rêves est un voyage en nous-même qui éprouve inévitablement nos propres frontières et, en même temps, nos propres possibilités. C’est une aventure qui offre la découverte de nos ressources, surtout celles ont nous avons besoin pour faire face aux difficultés et survivre aux épreuves. C’est un test d’authenticité, de ténacité et d’inventivité. 

3

Réaliser

Assumer est insuffisant, l’ambition s’épanouit dans le faire ; faire, c’est défier nos peurs.

L’ambition a quelque chose de piquant, d’excitant, de stressant parce qu’elle semble généralement hors d’atteinte, tout en étant souvent à notre portée. 

Il faut apprivoiser nos peurs pour réfléchir, projeter, planifier et incarner dans le réel cette idée qui nous a porté un certain temps, parfois un long moment.

L’honorer réside également dans la manière de la concrétiser : avec faiblesse, avec force, avec malice, avec fragilité, avec honneur, avec roublardise, avec tendresse, avec brutalité ou tout simplement avec hardiesse, soit une tendre énergie juvénile empreintée à l’enfance.

La symphonie de notre ambition dit quelque chose de nous-même ; elle est la continuité de notre identité ; elle est le prolongement de notre corpus de valeurs. Elle est nous, avec nos imperfections.

Alors, demandez-vous qui vous êtes et que vaut votre ambition ? D’ailleurs, en avez-vous ? Si oui, en vaut-elle la peine ? Et enfin, qu’est ce que votre ambition ou votre absence d’ambition dit de vous ?

Partager

C'est une erreur de croire nécessairement faux ce qu'on ne comprend pas.

Gandhi